Fermer
Théo Siffrein-Blanc
À savoir | 23 sept.
3 mn
Participation en berne, désenchantement politique, expression directe atone : la démocratie en France connaît une période délicate. Et pour cause : en France, 73% de la population trouve que la démocratie fonctionne mal. Pourtant 8 Français sur 10 se disent intéressés par la politique. Consciente de ce décalage, une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs profite des opportunités du numérique pour retisser le lien entre politiques et citoyens.
5 startups qui s’attaquent à la vie politique : Liegey Muller Pons, l’élue d’Emmanuel Macron © DR
Liegey Muller Pons, l’élue d’Emmanuel Macron

Liegey Muller Pons, l’élue d’Emmanuel Macron

Après avoir en 2012 « permis de faire gagner près de 300 000 voix à François Hollande sur chacun des deux tours » selon Guillaume Liegey, l’un des trois fondateurs, c’est au tour d’Emmanuel Macron de s’attacher les services de la startup pour son mouvement « En marche ». Les trois fondateurs, des trentenaires strasbourgeois issus du MIT et de Harvard, ont conçu un logiciel qui croise données socio-démographiques et cartographie électorale permettant de savoir où mettre l’accent lors d’une campagne de porte à porte. Liegey Muller Pons facture 3000 euros par an pour l’exploitation de cette sorte de CRM politique, hors frais de conseil. Revendiquant d’avoir créé la première « startup de stratégie électorale en Europe », les fondateurs ont déjà levé 350K€ auprès de proches.
5 startups qui s’attaquent à la vie politique : Voxe, les programmes passés au peigne fin © DR
Voxe, les programmes passés au peigne fin

Voxe, les programmes passés au peigne fin

Lancée en 2012, la plateforme Voxe.fr est un comparateur de programmes. À la manière d’un Wikipedia, les programmes sont renseignés par des utilisateurs tenus de justifier précisément leurs sources. « On s’est rendu compte qu’on avait du mal à savoir quel candidat proposait quoi, explique Léonor de Roquefeuil, co-fondatrice et diplômée de Science Po Bordeaux. Si on en arrivait à être en rejet de la politique, c’était peut-être le cas de plein d’autres jeunes. »La plateforme est présente dans 16 pays, traduite en cinq langues et a couvert 23 élections. Un million de citoyens s’y sont connectés pour suivre les régionales de 2015. La startup finaliste du Google Impact Challenge en 2015 lance cette semaine une interface qui permet de poser directement aux candidats des primaires.
5 startups qui s’attaquent à la vie politique : LaPrimaire, faire émerger un nouveau candidat pour 2017 © DR
LaPrimaire, faire émerger un nouveau candidat pour 2017

LaPrimaire, faire émerger un nouveau candidat pour 2017

Non satisfait de l’offre politique, Thibauld Fabre, ingénieur, a lancé Laprimaire.org avec la volonté de faire émerger un candidat indépendant. « On veut casser le monopole des partis politiques », affirme-t-il. Pour cela, la plateforme permet à des personnes issues de la société civile de proposer un programme. Depuis son lancement octobre 2015, 60 000 personnes se sont inscrites sur la plateforme et 215 personnes ont formulé un programme électoral sérieux. En décembre, les utilisateurs désigneront leur candidat pour les représenter aux présidentielles. Censée se dissoudre dans deux ans, cette initiative n’a pas de but lucratif – « on ne mélange pas revenu et démocratie » explique Thibauld Fabre. Si des donations arrivent pour la campagne, les deux fondateurs pourront néanmoins se « rémunérer un petit peu ».
5 startups qui s’attaquent à la vie politique : Vooter, rapprocher les villes et leurs citoyens © DR
Vooter, rapprocher les villes et leurs citoyens

Vooter, rapprocher les villes et leurs citoyens

En dehors des élections municipales et régionales tous les cinq ans, rares sont les occasions de participer aux débats locaux. Stéphane Béquin, ancien directeur export, a ainsi conçu une app permettant aux collectivités de consulter leurs citoyens. Sur le site de la startup, on trouve par exemple des questions très pratiques comme « Êtes-vous déjà venu au Centre Municipal de Santé ». Le service s’applique également aux entreprises qui souhaitent sonder leurs salariés - « quel thème souhaitez-vous aborder pour votre prochain atelier de formation ? »
Make.org, des propositions de citoyens à destination des politiques © DR
Make.org, des propositions de citoyens à destination des politiques

Make.org, des propositions de citoyens à destination des politiques

Son fondateur, Axel Dauchez, l’ancien président de Publicis France, souhaite « ubériser la démocratie européenne » avec cet outil de lobbying citoyen. Lancée le 7 septembre, la plateforme donne la possibilité aux citoyens de formuler des propositions concrètes sur les thèmes qu’ils souhaitent. Pour son lancement, la startup a noué un partenariat avec BFMTV et RMC sous le nom de Solution 2017 : chaque semaine, le présentateur Jean-Jacques Bourdin soumettra une sélection des meilleures propositions à ses invités politiques.
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #124 MURMURES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
5 startups qui décryptent la vie politique à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.