Fermer
Pascal de Rauglaudre
Recommandation | 25 sept.
4 mn

Aristocrates rebelles
« L’aristocrate est lui-même quand il est libre », écrit Gonzague Saint-Bris dans son dernier livre, où il raconte la vie de 24 personnalités flamboyantes.

« L’aristocrate est lui-même quand il est libre », écrit Gonzague Saint-Bris dans son dernier livre, où il raconte la vie de 24 personnalités flamboyantes. © DR

« L’aristocrate est lui-même quand il est libre », écrit Gonzague Saint-Bris dans son dernier livre, où il raconte la vie de 24 personnalités flamboyantes.

Pierre Savorgnan de Brazza était un explorateur d’origine italienne, naturalisé français, qui a ouvert la voie à la colonisation française de l’Afrique centrale. Abd el-Kader a combattu les Français en Algérie avant d’être définitivement défait en 1847 et assigné à résidence au château d’Amboise. Simone de Beauvoir, elle, a écrit en 1948 le livre fondateur du féminisme qui a connu un retentissement mondial : Le deuxième sexe.

Le point commun entre ces trois personnages historiques ? Ils étaient des aristocrates de prestigieuse lignée. Mais assoiffés de liberté, ils se sont tous affranchis des conformismes propres à leur milieu d’origine, et ont mené des vies hors du commun, qui font d’eux d’authentiques rebelles. Et ils ne sont pas les seuls.

Gonzague Saint-Bris, disparu accidentellement en août dernier, a consacré son dernier livre à ces Aristocrates rebelles. « L’aristocrate est lui-même lorsqu’il est libre, suprêmement libre, et encore plus lui-même lorsqu’il est rebelle », écrit-il en introduction de ce livre qui sera son testament.

Avec sa plume alerte, il raconte vingt-quatre destinées flamboyantes, vingt-quatre aristocrates, qui ont marqué l’histoire du monde, depuis Louis de Gonzague, jeune martyr italien du 16e siècle, à Nelson Mandela, descendant d’un roi zoulou et opposant historique à la politique sud-africaine d’apartheid, en passant par Olympe de Gouges, pasionaria révolutionnaire, et Lord Byron, prince romantique.

Qu’ils se battent pour abolir l’esclavage, comme Isabelle, impératrice du Brésil, ou pour contre la barbarie nazie, comme Winston Churchill, « tous sont nés avec un nom et des privilèges mais ont choisi leur propre destin, au risque de tout perdre. »

Ce livre, Gonzague Saint-Bris l’a dédié à ses grands-parents paternels, eux-mêmes aristocrates rebelles, « déportés pour faits de résistances et morts pour la République et pour la France » dans des camps de concentration.
Aristocrates rebelles, de Gonzague Saint-Bris, Ed. Les Arènes, 2017, 336 p., 29,90 €.
Crédits photo : DR
Partager :
Fermer
Aristocrates rebelles à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.