Fermer
Eugénie Hériard-Dubreuil
Évasion | 7 nov.
7 mn

Étape 1 - Le vignoble le plus haut du monde
Pluris présente : « The Eugénie's World Wine Tour » ! Jusqu'en juillet 2014, le magazine ouvre ses colonnes à Eugénie Hériard-Dubreuil, partie à la découverte des vignobles du monde. Première étape : Colomé, dans les Andes argentines.

Pendant dix mois à partir d'octobre 2013, Eugénie Hériard-Dubreuil, étudiante à HEC, part à la découverte des vignobles du monde ! Pluris a choisi de l'accompagner dans ce passionnant périple et de lui offrir un espace dans le magazine pour qu'elle partage ses aventures avec les lecteurs.
Comme elle l'a expliqué à la rédaction de Pluris, « Le vin, c'est un moyen pour mieux appréhender les gens et les régions que je vais visiter. La dégustation crée un lien de connivence en partageant des sensations et des souvenirs. Et lorsque les viticulteurs parlent de leurs vins, ils parlent surtout d’eux-mêmes et de leur culture, à travers les anecdotes qui entourent leur domaine, leur région et leur travail au quotidien. »
« En voyageant à travers le vin, je veux connaître une activité qui m’intéresse, en observant in situ les techniques de la viticulture et les particularités de chaque région en matière viticole. Je veux aussi entrer par le prisme du terroir dans l’intimité d’une culture et des traditions locales, et partager la passion pour ce produit unique, qui marie matérialité et onirisme. À la fin de mon voyage, je pourrai associer chaque vin que j'aurai goûté à une expérience privilégiée et à une personnalité unique. »

Première étape : la bodega de Colomé, en Argentine.

Cap sur Colomé ! Ce village haut perché, entouré de vignobles, dans la province de Salta, est la première étape de mon odyssée. Pour le rejoindre, j'ai d'abord traversé les Vallées Calchaquies, dans le nord-ouest de l'Argentine. Un vrai voyage onirique : j'ai été éblouie par les paysages grandioses, et surtout, par la métamorphose permanente de la Cordillère des Andes. Enfin, le bus est arrivé sur un plateau semi-aride, les arbustes secs laissent entrevoir un sol de sable ocre et beige, les habitations sont rustiques, héritières du mode de vie ancestral des Indiens de la région : c'est le paysage de Colomé.
Je me sens à mille lieux du vin. Et pourtant, une oasis à 2700 mètres d'altitude résiste encore et toujours à l'avancée du désert : la Bodega Colomé. Ce domaine, le plus ancien d'Argentine, cultive le vignoble le plus haut du monde. Ses premiers ceps ont été apportés de Bordeaux en 1854 par la fille du roi d'Espagne. Neuf hectares de ces vignes bicentenaires perdurent encore aujourd'hui, contribuant à la qualité des vins Colomé. En 1988, Donald Hess, grand amateur de vin qui possède pas moins de sept domaines à travers le monde, s'est pris de passion pour ce village d'irréductibles « criollos » (les habitants d'origine européenne), son panorama, ses traditions et le potentiel de sa terre. Il a acquis plusieurs « fincas », des fermes de production de raisin, souvent dissociées des chais de vinification en Argentine. J'apprends que la plus haute du monde culmine à 3 100 mètres ! Aujourd'hui sa bodega est une grande source de travail pour les habitants de la localité, et sa fondation, créée à partir du domaine, participe à la vie culturelle et éducative de Colomé.
Le terroir est unique. L'ancienneté des vignes garantit des raisins aux arômes et aux couleurs intenses. Dans cette région proche du tropique, les bénéfices de l'altitude sont multiples : les rayons du soleil étant plus chargés en UV, la photosynthèse, essentielle au développement des pigments et des tanins, est plus efficace. Grâce à un courant d'air pur en permanence, les vignes sont en parfaite santé, elles subissent à peine quelques traitements légers, essentiellement biologiques, à base de compost produit à domicile par les viticulteurs : les animaux les aident au travail de la vigne et sont élevés dans les granges du domaines. Enfin, l'amplitude thermique entre jour et nuit est de 22 degrés : le froid nocturne incite les baies à concentrer la saveur et l'acidité créées par la chaleur diurne.
À l'heure de la dégustation, j'ai eu un coup de cœur pour le torrontés, le cépage-roi de cette région dite de Cafayate. Chez Colomé, il acquiert une qualité supérieure : son habituelle rondeur, similaire d'ordinaire à une confiture de fruits jaunes, est équilibrée par la remarquable fraîcheur et les arômes floraux que ce terroir d'exception permet de développer.
Colomé a également agrémenté son portfolio d'une ligne inédite, les « lotes especiales » : des vins de cépage élaborés chaque année avec les parcelles qui se sont révélés particulièrement qualitatives. Ce « vin confidentiel », dont seules 1000 bouteilles sont disponibles chaque année, se mérite : on ne peut le boire qu'à condition d'effectuer l'ascension des Andes jusqu'à la bodega. Et le voyage vaut la peine !
Crédits photo :
Bonnes adresses
Ruta Provincial 53, Km 20
4419 Molinos, Salta - Argentine
Article paru dans le numéro #4 TERRITOIRES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Étape 1 - Le vignoble le plus haut du monde à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.