Fermer
Julien Tissot
News | 5 mai
7 mn

Emploi des jeunes : un horizon incertain en période de récession
A peu près 700.000 jeunes âgés de moins de 25 ans vont connaître une arrivée sur le marché de l’emploi qui s’annonce compliquée. La récession en cours va directement les impacter.

Arriver sur le marché de l’emploi durant une période de grave crise économique n’est pas simple. Ceux qui ont connu la grave crise de 2008 peuvent en parler. A l’image de Daniel, alors étudiant dans une école de marketing à l’époque : « quand j’ai quitté l’école avec mon diplôme en poche, j’ai envoyé de nombreux CV, multiplié les stages et les CDD mais aucun emploi stable ne m’a été proposé. Cette période était compliquée ».
Finir ses études, lors d’une période de récession, c’est se confronter à un marché du travail qui se rétrécit. Les responsables des ressources humaines sont frileux et ne veulent pas prendre de risques. Les contrats à durée déterminée deviennent la norme. Durant la décennie 2000, le taux de chômage des jeunes à fortement progresser. Dans les mois et les années qui viennent la tendance sera la même. Les différents experts européens sont unanimes sur le sujet.
Des jeunes très inquiets
« Je suis en école de commerce et je suis très inquiet pour mon entrée sur le marché du travail », explique Pierre, 24 ans. Ce Lyonnais, fan de sport, est très préoccupé. D’autant plus qu’il a emprunté de l’argent pour financer ses études. C’est le cas de nombreux étudiants. « J’avais des rendez-vous de programmer avec certains recruteurs, qui, depuis ont été annulés ou reporté », enchaîne Pierre. « Avec la récession, les faillites et la hausse du chômage, le marché de l’emploi va se contracter. Les jeunes diplômés vont avoir du mal à se frayer un chemin. Il faudra faire preuve de patiente et de témérité pour s’imposer » détaille un observateur avisé du secteur.
Une entrée sur le marché du travail de plus en plus compliquée
Après avoir géré la crise sanitaire, les États vont devoir gérer une profonde et durable crise économique. Les jeunes feront partie de ceux qui vont souffrir le plus. Un club économique britannique nommé Institute for Fiscal Studies (IFS) à étudier spécifiquement ce sujet des jeunes qui vont entrer sur le marché du travail. On observe que lorsque l’économie est dans une situation de récession, les jeunes qui sortent des écoles voient leurs probabilités de décrocher un job diminuer. En général, ils débutent avec des métiers moins bien payés et plus précaires. Le marché du travail plus souple empêche les jeunes de s’implanter durablement dans une entreprise. Ces dernières années, le statut des micro-entrepreneur s’est beaucoup développé. Pour les entreprises, c’est beaucoup plus simple d’avoir recours à cette main d’œuvre malléable. Les charges pour les entreprises sont moins lourdes. Pour les personnes en freelance, c’est plus de liberté et plus de précarité.
Un recours de plus en plus fréquent aux personnes en freelance
« Certaines entreprises demandent si nous sommes prêts à travailler avec le statut de micro entrepreneur. Ce n’est pas forcement l’idéal pour moi. En effet, lorsque l’on va voir une banque pour essayer de décrocher un crédit, on nous répond que nos revenus ne sont pas assez réguliers », explique Sophie, 27 ans. Cette parisienne installée à Montreuil a du mal à trouver un CDI. Ces dernières années, les jeunes actifs sont de plus en plus nombreux à continuer à vivre chez leurs parents même en ayant un emploi. C’est un soutien précieux pour les jeunes. Ils mettent donc de plus en plus de temps à quitter le foyer parental.
Des initiatives pour l’insertion des jeunes
Il existe quelques initiatives pour soutenir l’emploi de jeunes comme le Village de l'Emploi. Plusieurs acteurs se réunissent au sein d’une plateforme commune pour aider ceux qui souhaitent se lancer dans l’informatique. Les candidats bénéficient d’un accompagnement individualisé durant plusieurs mois. Ce dispositif est situé en Ile de France.
Des salaires plus bas
D’après l’IFS, à chaque crise majeure, le nombre de chômeurs progresse mais la tendance est beaucoup plus marquée chez les jeunes. Même en étant diplômé, il est dur de trouver un travail. Même 5 années après la fin des études, le taux de chômage chez les jeunes est fort. L’entrée sur le marché du travail est donc compliquée et durable. De plus, on observe que les salaires versés aux sont aussi de plus en plus bas que les jeunes qui entrent sur le marché du travail durant une période de croissance. Après cinq années, l’écart se réduit. « En cas de crise économique, les candidats pour une offre d’emploi sont de plus en plus nombreux. La concurrence est rude », explique un observateur avisé du monde du travail. L’allongement de la période d’activité et le recul prévu de l’âge de la retraite ne devrait pas arranger les choses pour les jeunes actifs.
Crédits photo :
Partager :
Fermer
Emploi des jeunes : un horizon incertain en période de récession à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.