Fermer
Julien Tissot
News | 10 nov.
4 mn

Les centres auditifs connaissent un essor important
Avec le vieillissement de la population dans les pays occidentaux, les besoins en équipements auditifs sont en forte croissance. Les boutiques proposant ces services sont en essor et cette tendance devrait encore s’accentuer avec les années à venir.

Les démographes appellent cela le « Papy-Boom », toute une génération qui est très nombreuse est en train de partir à la retraite de façon massive. Ces personnes disposent de moyens assez confortables et a envie de vivre bien. Ainsi, ces retraités sont nombreux à s’équiper d’appareils auditifs. D’autant plus, que ces objets sont aujourd’hui très discrets car ils sont miniaturisés. « En dix ans, ma clientèle a considérablement augmenté », explique Pierre, audioprothésiste dans le 15e arrondissement de Paris. Sa boutique a pignon sur rue et propose une gamme large de produits mais aussi du service. La relation est très privilégiée avec de professionnel qui fait son métier avec une grande application.
Les utilisateurs retrouvent une vie sociale
Désormais, porter un appareil auditif n’est plus un tabou. « Les clients sont tellement heureux de retrouver une vraie vie sociale. Ils peuvent à nouveau échanger avec leurs enfants et leurs petits-enfants. C’est un vrai confort et c’est un retour à une vie normale », détaille Pierre. Par exemple, les centres auditifs Audio Pour Tous ont connu un afflux de clientèle. Les appareils proposés sont très qualitatifs et très compétitifs au niveau des prix. Le concept fait vraiment recette. « Depuis que mon père s’est appareillé, je le trouve métamorphosé. Sa vie a vraiment changé, il peut rire à mes blagues et il n’est plus obligé de mettre la télévision à fond. C’est vraiment beaucoup mieux. Et désormais, il encourage aussi ses amis à faire la même chose », explique Sophie, 45 ans, habitante de la région grenobloise.
Audioprothésistes : une filière en vogue
Ces dernières années, les écoles d’audioprothésistes connaissent un vrai engouement de la part de nombreux bacheliers qui cherchent une filière diplômante et courte qui permet d’obtenir un métier rapidement. « Après mon baccalauréat, je voulais faire des études de médecine et j’ai vu que cette filière était bouchée et très sélective et donc devenir audioprothésiste était une voie très intéressante. Aujourd’hui, je ne regrette vraiment pas car, j’ai trouvé un travail immédiatement et après seulement deux ans de vie professionnelle, j’envisage d’ouvrir pour centre auditif », explique Martin, 24 ans, jeune lyonnais. Ce secteur va continuer de se développer dans l’avenir !
Crédits photo :
Partager :
Fermer
Les centres auditifs connaissent un essor important à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.