Fermer
Julien Tissot
Reportage | 13 déc.
4 mn

On est sorti du système solaire
Après 36 ans de voyage et le survol des plus grandes planètes du système solaire, les sondes Voyager 1 et Voyager 2 sont entrées dans l'espace interstellaire.

La sonde Voyager dans l'espace interstellaire.  © Courtesy NASA/JPL-Caltech
 © Courtesy NASA/JPL-Caltech
 © Courtesy NASA/JPL-Caltech
18 milliards de kilomètres ! C’est la distance qui nous sépare des limites du système solaire. Une distance inconcevable pour nous, Terriens. Et pourtant un objet fabriqué par les hommes l’a franchie en août 2012 – mais la NASA ne l’a confirmé qu’en septembre 2013, après plusieurs mois de calculs pour s’en assurer.
Pour la première fois dans l’histoire de la conquête spatiale, donc, la sonde américaine Voyager 1 est sortie du berceau du système solaire, et a pénétré dans l’espace intersidéral, ce grand vide glacial et obscur entre les étoiles. Elle avait été envoyée dans l’espace par le lanceur Titan Centaur le 20 août 1977 depuis Cap Canaveral, en Floride, et suivie un mois plus tard par Voyager 2, une autre sonde. Prévue pour durer cinq ans, la mission des deux engins consistait à étudier les planètes géantes, Jupiter et Saturne, leurs anneaux et leurs lunes principales, ainsi que les deux planètes les plus en marge du système solaire, Uranus et Neptune. Une fois leurs missions accomplies, la NASA a éteint les caméras des sondes, ce qui a rallongé leur existence jusqu’à sortir de l’héliosphère, sorte d’immense bulle de gaz maintenue sous l’influence du champ magnétique solaire.
C’est un arrangement rare entre les quatre planètes survolées qui a rendu possible un tel voyage. Dans cette disposition, qui ne se retrouve que tous les 175 ans, les deux vaisseaux en passant à proximité de chaque astre, ont pu accélérer et modifier leurs trajectoires pour atteindre l’objectif suivant, avec une consommation minimale de carburant. Cette technique est dite d’assistance gravitationnelle, un peu comme le fonctionnement d’une balançoire.
Chaque sonde Voyager emporte avec elle une sélection de 155 images, ainsi qu’un disque phonographique en cuivre et plaqué or. Ce disque contient un arrangement de sons naturels terrestres, de compositions musicales hétéroclites ainsi que des messages de salutations en 55 langues.
Voyager 1 et Voyager 2 s’inscrivent dans l’histoire au long cours de la conquête de l’espace par l’humanité. Mais elles ne sont pas encore près de rejoindre l’étoile la plus proche du système solaire, Alpha du Centaure, qui est à 80 000 ans des sondes Voyager à leurs vitesses de croisière actuelles, soit 3,6 et 3,3 unités astronomiques par an (l’unité astronomique représentant la distance de la Terre au Soleil, 150 millions de km).
Malheureusement, les batteries au plutonium des sondes devraient tenir seulement jusqu’en 2020-2025, suivant les estimations. Passé ce délai, les sondes dériveront aveugles et presque muettes à travers le cosmos.
Crédits photo : Courtesy NASA/JPL-Caltech
Fermer
On est sorti du système solaire à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.