Fermer
Victorine de Oliveira
À savoir | 26 janvier
6 mn
En anglais, to heed signifie écouter avec attention. Apposé sur du matériel hi-fi, le verbe sonne comme une invitation, d’autant plus que le design luxueux des appareils Heed a tout pour se faire oublier. Lecteur de CD et amplificateur ressemblent à des boites à chaussures noires, sans fioritures. Une forme d’austérité ? Alpar Huszti, directeur de la marque, préfère parler de pureté : « Vous ne risquez pas de vous concentrer sur autre chose que le son. Oubliez le hi-fi, rappelez-vous la musique » : telle est leur devise.
Proposer « un son politiquement incorrect » : c’est ainsi qu’Alpar résume l’ambition de Heed. « Nous cherchons un son qui fascine, qui attire dans la musique tout en clouant l'auditeur à son fauteuil. Cela n’a rien à voir avec la perfection : un son correct a toutes les chances d’être parfaitement ennuyeux », explique-t-il depuis Francfort où il travaille. Dans les années 80, avec son frère Zsolt, il importait puis fabriquait du matériel hi-fi dans la Hongrie communiste, à l'ombre du rideau de fer. Aujourd’hui, l’appartement de Zsolt ne sert plus de studio ni de showroom clandestins, et la crainte de se faire prendre avec du matériel « impérialiste » a disparu : en l'an 2000, ce duo de pionniers fonde Heed, qui devient rapidement une PME de dix salariés dans la banlieue de Budapest. Zsolt imagine le « son Heed » puis combine, bidouille, et assemble les composants électroniques, quand Alpar gère la communication et la diffusion des produits.
Aux néophytes, le monde du hi-fi, qu’Alpar s’accorde à qualifier de « niche », peut paraître intimidant, obscur. Il tempère : « Certes, le hi-fi est une science complexe qui requiert des connaissances en électronique et en acoustique. Mais technique et technologie ne font pas tout. Sans rêves, sans ouverture d’esprit et sans intuition, nous produirions des engins sans intérêt. »

LE SALON DEVIENT SALLE DE CONCERT

L’un des appareils mythiques de Heed, selon les mélomanes et les passionnés du son, est l’amplificateur « Obelisk Si ». Nous l'avons testé chez Alain Choukroun, revendeur de matériel hi-fi haut de gamme à Paris. Chez lui, pas d’étagères croulant sous un matériel hurlant et rutilant, ni de vendeurs pressés de passer au client suivant. Nous sommes invités dans un salon semblable à n'importe quel salon, avec tableaux et photographies noir et blanc accrochées aux murs, CDs et vinyles à portée de main. Une Shéhérazade de Rimski-Korsakov dirigée par Leonard Bernstein côtoie un coffret des Beatles.
Branché à un lecteur CD et une paire d’enceintes de qualité, l’Obelisk Si transforme le salon en salle de concert ou club de jazz à l’envie. « Avec cet appareil, le son est chantant, vivant. Il laisse passer toute l’expressivité et le rythme de la musique », s’enthousiasme Alain Choukroun. Le solo de violon qui incarne Shéhérazade sonne acide, l’instrument souffle, chuinte, on entend le crin de l’archet qui frotte les cordes… Toutes les aspérités de la musique live se déploient sans complexes. « Aujourd’hui, on a tendance à formater et uniformiser le son. On cherche la propreté, la perfection… mais la vie n’a rien de propre, elle est sale ! », s'enflamme Alain Choukroun.
Pour Alpar, c'est aux voix de femmes que son matériel sied le mieux. Il confesse non sans gourmandise collectionner les enregistrements de belles du jazz, anciennes et modernes, avec une prédilection pour Norah Jones, Katie Melua, Diana Krall, jusqu’aux accents soul d’Alicia Keys. Un matériel audio haute couture, pour voix de toutes tailles et de tous grains !

Une sélection d’appareils Heed commentés par Alpar Huszti :

 Lecteur de CD « Obelisk DT » et convertisseur « Obelisk DA » :
« Un lecteur véritablement musical. En décembre 2013, l’ensemble a obtenu un Diapason d’or. »
 Amplificateur « Obelisk Si »  :
« Conçu à l’origine par le créateur de matériel hi-fi britannique Richard Hay, puis repris et exploité par Heed, c’est aujourd’hui une référence. »
 Enceintes « Enigma »  :
« Ce sont deux colonnes non directionnelles. La plupart des enceintes hurlent aux oreilles des auditeurs, les nôtres diffusent le son exactement comme il se propage dans la vie : dans toutes les directions. »
Crédits photo :
Article paru dans le numéro #9 ZOROASTRE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Son politiquement incorrect à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.