Fermer
Clément Grenier
Recommandation | 3 mai
4 mn

Clos Rougeard, le vin qui détrône les grands et surprend les pros
Créer l’événement, c'est une tradition pour Clos Rougeard, un vin de Loire surprenant.

Jean-Louis et Bernard Foucault © DR
Clos Rougeard empreinte fût © DR
Il y a ceux qui classent les vins de Loire comme des vins de seconde zone, après les bordelais et les bourguignons, et puis il y a les autres. Le petit village de Chacé, aux environs d'Angers, abrite par exemple un trésor de l'appellation Saumur-Champigny, le Clos Rougeard.
Ce domaine, lié à une famille qui travaille la vigne avec dévotion depuis le XVIIe siècle, est maintenant entretenu par les frères Jean-Louis et Bernard Foucault, autrement dit Charly et Nady. Le vin qu’ils produisent continue de créer la surprise, comme ce fut le cas lors d'une dégustation organisée au Taillevent en mars 2014.

UN VIN PRODUIT DANS LES RÈGLES DE L’ART

Avec un rendement qui ne dépasse pas 40hl/ha, soit environ six pieds de grappe par vigne, les frères Foucault refusent de céder à la tentation du volume, à l’inverse d’autres vignerons. Ils attachent aussi beaucoup d’importance à la production d’un vin sans désherbant ni produit toxique, en accord avec la tradition et l’éthique de leur famille.
Les trois cuvées de rouge (le Clos, les Poyeux et le Bourg) sont composées d'un unique cépage, le Cabernet franc, et viennent compléter une production de vin blanc, le Chenin. Ces vins élevés en barrique dans une cave troglodyte à la fois pleine d'histoire et de mystère, peuvent rester en bouteille jusqu'à vingt ans et se laissent ainsi désirer, avant de livrer toute leur fraîcheur et leur style épuré.
Contre vents et marées, les frères Foucault ont toujours manifesté leur attachement à l'esprit de la famille. Ils ont dû également supporter les revers et les aléas de la mode. Alors que dans les années 1970 l'emploi des engrais chimiques et l'utilisation des cuves en inox pour l'élevage étaient en pleine expansion, les deux frères ont refusé de se joindre au mouvement, contradictoire avec leur philosophie. Ils se sont même offert le luxe de refuser le label bio.
Par là, ils montrent leur dédain de suivre les phénomènes conjoncturels qui auraient eu pour influence de vider le domaine de toute son identité. Derrière le stéréotype du vin de Loire soi-disant léger, voire dilué, la finesse de ce domaine continue de faire le sérieux et l'originalité du vignoble loirais.

CRÉER LA SURPRISE

En 1993 une dégustation à l’aveugle est organisée à Paris sur les Pomerol millésimés 1990. Au milieu des Pétrus, Château la Conseillante, et Château Le Pin, on trouve un intrus, un Cabernet franc : le Clos Rougeard. A la surprise de tous, c’est lui qui l'emporte. Nady et Charly se moquent de cette anecdote. Car là n'est pas l'essentiel.
La dégustation continue d’avoir lieu dans la cave troglodyte lors de l'accueil des invités, pour goûter quelques vins selon la tradition de leurs parents. Pas besoin d'en tirer une gloire particulière. Cette discrétion fait tout le charme de Clos Rougeard, à l'image de ses propriétaires qui travaillent leur vigne avec simplicité et naturel.
Crédits photo : DR
Bonnes adresses
Taillevent
15 rue Lamennais
75008 Paris - France
Article paru dans le numéro #21 INOUBLIABLE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Clos Rougeard, le vin qui détrône les grands et surprend les pros à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.