Fermer
Tiphaine Illouz
À savoir | 23 mars
6 mn

Mode éphémère pour durer
Louer la robe de ses rêves pour quelques instants : un fantasme de fashionista enfin possible.

 © Maud Bernos
 © Maud Bernos
 © Maud Bernos
 © Maud Bernos
Tout quitter pour se lancer dans une nouvelle aventure : c’est le pari de Sonia et Philippe, deux vieux amis qui s’échangeaient des magazines de mode quand ils étaient au collège. Sonia a stoppé sa brillante carrière d’avocate à New-York pour reprendre des études de stylisme à la Parsons School, et Philipe, responsable d’atelier chez Chantal Teman, spécialiste des robes du soir sur mesure, rêve d’un projet à lui pendant qu’il dessine et coud. Tous deux se sont retrouvés dans un café parisien vingt ans après : « C’était comme si nous nous étions quittés la veille, et malgré nos routes très différentes, nous nous sommes retrouvés grâce à la mode », expliquent-ils dans un sourire complice.
L’un et l’autre sont dévorés par l’envie de se lancer dans une nouvelle aventure. Et dès la semaine suivante, les premières esquisses de l’Avant-Scène, leur concept store, prennent forme : « Nous voulions à la fois monter notre marque et l’insérer dans un univers de jeunes créateurs. » La boutique présente leur propre marque Anna Tirmann, du nom de la grand-mère de Sonia, mais aussi une sélection de jeunes créateurs de mode et d’accessoires dont Charlotte Sometime, Le Mont-Saint-Michel, Suzie Winkle, ou encore Shlomit Ofir. « Ces pièces reflètent une créativité douce, des matières confortables et de qualité, des imprimés originaux, et de nombreux détails féminins d’encolure, de poches, ou de plissés », décrit Sonia. Pour les choisir, ils construisent ensemble un plan de collection : « Nous adorons associer des pièces et bâtir des silhouettes fortes, à l’opposé du total look d’une marque. Et chaque semaine, sur le site, nous proposons un look différent. »

DU CRAYON AU VETEMENT

C’est Sonia qui conçoit le style des collections (silhouette, dessin technique, coupe, forme et jeu de matières) : « Quand je dessine, j’ai besoin d’être seule, chez moi, dans un cadre très apaisé où tout est éteint. Je réunis des choses qui me plaisent, un film que j’ai vu, une série de photos, les souvenirs d’un voyage, un texte. Cette atmosphère me fait cheminer, et certaines choses ressortent, sans même que je m’en rende compte ». Philippe, lui, prend le relais pour le modélisme : « Je trace sur le mannequin les lignes du modèle à l’aide de bolducs. Puis avec la toile, un tissu grossier destiné à tester le modèle, je coupe et monte une première pièce que Sonia essaie. Nous ajustons et modifions ce qui doit l’être. Une fois cette toile parfaite, je la transforme en un patronage sur papier kraft. C’est à partir de ces morceaux de cartons que notre fabricant confectionne la première pièce dans le tissu réel. » Toutes les pièces Anna Tirmann portent le nom ou le prénom d’un écrivain, et sont fabriquées à Paris.
 © Maud Bernos
Pour l’été 2014, ils présentent le top Orwell, dont l’histoire commence par un coup de cœur commun pour le tissu. « C’est un tissu chaine et trame très original qui mêle un fil métallique lurex, du coton et du lin, ce qui lui donne un aspect satiné, avec un effet de volume », poursuit Philippe. La coupe, très simple, correspond à une envie de facilité et de légèreté, avec un boutonnage très soigné. « L’été, nous proposons des coupes simples à porter, comme des robes chemises élastiquées en soie coton, car le seul plaisir de la coupe et du coton sur l’épaule, donnent déjà la sensation d’être jolie ce jour-là. »

PIECES A LOUER

À partir d’avril, Sonia et Philippe vont proposer un service de location des pièces mode les plus fortes. « Ce type de service existe déjà ailleurs, aux Etats-Unis et en Suède, mais pas encore en France où l’on peut louer uniquement des vêtements très événementiels. Avec ce service très simplifié et disponible dans toute la France, nous souhaitons défendre une nouvelle manière de consommer la mode : plus écologique et plus qualitative. »
Par exemple, la robe bi-matière en dentelle et coton Burt de Valentine Gauthier sera proposé à la location 4 jours (50 €) ou 8 (65 €). Les créations déjà portées donneront lieu à des après-midis exceptionnels vide-dressing où l’on pourra acheter la pièce à un prix moindre.
Crédits photo : Maud Bernos
Bonnes adresses
99 rue du Chemin Vert
75011 Paris - France
Ouverture : Mardi au Samedi 10H30 - 19H30 Dimanche et lundi 14H00-19H30

+ 33 9 54 50 49 33
Article paru dans le numéro #17 ÉPHÉMÈRE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Mode éphémère pour durer à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.