Fermer
Plur.is
News | 11 avril
4 mn
La prochaine fois que vous vous promenez le long d’une falaise, posez sur le bord un rocher de la taille d’une orange, basculez-le et comptez. Après neuf secondes, sa vitesse atteindra 200 km/h, c’est-à-dire l’accélération d’une voiture de course. Continuez à compter. Si la falaise est parfaitement verticale, comme celles qui surplombent les fjords de Norvège, vous entendrez un craquement au loin au bout de quelques secondes : le rocher a atterri. Et vous mettriez autant de temps s’il vous prenait l’envie de le suivre sans équipement.
Sense of flying

Sense of flying from Goovinn.

Avec un bon matériel, c’est une autre histoire. Bon, au départ, vous serez terrifié, mais calmez-vous : la peur n’est pas bonne conseillère. Tous les base jumpers le confirment : la seconde avant la descente est la meilleure, on entre dans le vide, tout est calme. Ouvrez vos bronches : vous sentirez l’odeur de mousse sur la falaise. Tendez l’oreille : vous percevrez le glouglou d’une cascade à mi-parcours.
Split of a second

Split of a second from Goovinn.

Allez-y maintenant. Tous les base jumpers adoptent la pose Superman, 45° vers l’avant, pour être à l’horizontal au bout de cinq à six secondes. Les plus audacieux plongent la tête la première pour prendre de la vitesse, mais vous n’en êtes pas là. Au début, vous sentez à peine le mouvement, vous avez l’étrange sensation de flotter entre deux airs sans que rien ne se passe. Il n’y a pas de son, même pas le souffle du vent dans vos vêtements. On dirait qu’une éternité s’écoule avant que la Terre finisse par vous rappeler.
Vous ne risquez pas de vous prendre pour un papillon, et vous n’êtes pas non plus secoué comme dans des turbulences en avion. Mais vous vous sentez incroyablement léger, dans un temps qui se ralentit. Au bout de six secondes, une sorte de frottement vous saisit, un peu comme quand on passe sa main par la fenêtre d’une voiture qui roule à 150 km/h. En réalité, jusqu’à maintenant, vous êtes tombé. Maintenant vous allez voler.
NYC Freedom Tower B.A.S.E. Jump
Voler tout proche de la paroi est particulièrement excitant. Vous pouvez surprendre des oiseaux qui nichent dans les crevasses des falaises, ou, si vous sautez d’un gratte-ciel, scruter les toits des buildings au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de vous. À Trollveggen, un spot spectaculaire en Norvège, vous pouvez plonger pendant plus de 30 secondes, ce qui vous permet de faire des sauts périlleux, des flips, ou bien vous lancer à deux avec un autre base jumper. Enfin, juste avant d’atterrir, tirez sur la corde pour déployer votre parachute. C’est le plus délicat : vous avez besoin de temps et de vitesse pour vous préparer. Quelques secondes trop tard, et vous n’y survivrez pas. Tomber trop lentement, c’est-à-dire d’un endroit pas assez élevé, comme un clocher d’église, est aussi fatal, car le parachute n’a pas le temps de se déployer.
À votre tour maintenant !
Crédits photo :
Article paru dans le numéro #18 OVERDOSE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
L'extase à 200 km/h à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.