Fermer
Béatrice d'Erceville
Évasion | 25 mai
3 mn

Drague en Namibie
À l'heure où les grands fauves vont boire. Et plus si affinités.

 © Thinkstock
 © Thinkstock
 © Thinkstock
Coucher de soleil sur la savane namibienne. On se sent délicieusement fourbu après une journée de 4x4 au milieu des lions, autruches, gazelles, et autres phacochères. Le dîner avalé, on se prélasse sur la terrasse face aux étoiles qui s’allument.
Comme la plupart des lodges du pays, celui de l’Old Trader’s, dans la réserve d’Erindi, offre une vue plongeante sur le point d’eau où les animaux viennent boire à la nuit tombée. Quelques projecteurs permettent de ne rien rater du spectacle. Au bord de l’eau, un crocodile se tient immobile depuis des heures. Plus loin, quelques lycaons prennent la pose sur des rochers.
Alors qu’on s’apprête à aller dormir, un éléphant surgit des ténèbres, puis un second. Ils s’observent dans le silence. Se dirigent lentement l’un vers l’autre, avec une majestueuse pesanteur. Commence alors un étrange ballet – si tant est qu’on puisse parler de chorégraphie entre des danseurs de 5 à 7 tonnes. Le premier éléphant s’avance pour se frotter contre son congénère qui recule de quelques pas et semble le toiser. Il revient à la charge. Les trompes s’emmêlent, les fronts se heurtent, les oreilles claquent. Les confrontations se multiplient, suivies d’autant de dérobades.
 © Thinkstock

BRAVADE MUTINE

Tout d’un coup, on comprend : sous le ventre du plus entreprenant des deux, une longue tige a poussé, qui touche presque le sol. On assiste à une séance de drague au pays des pachydermes. Le mâle caresse la croupe de la demoiselle et projette maladroitement son attribut dans sa direction. Elle se dérobe à chaque fois pour se planter à quelques mètres. On imagine comme un air de bravade mutine dans son œil. Viens donc voir si tu l’oses !
Par moments, le mâle fait mine de se lasser de ce libertinage infructueux et reste immobile. C’est elle alors qui vient le titiller du bout de la trompe. Et on se prend à vouloir les encourager, à convaincre la femelle d’accepter ce formidable hommage.
Le galant ne conclura pas et se retirera lourdement dans la nuit… Suivi à quelques pas par sa conquête. On ne saura jamais s’ils ont fini par consommer leur union plus loin, à l’abri des regards. Le crocodile, lui, n’a pas bougé d’un cil pendant la séance.
Crédits photo : Thinkstock
Article paru dans le numéro #24 JELLY
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Drague en Namibie à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.