Fermer
Béatrice d'Erceville
Évasion | 27 juin
3 mn

Oman à la rame
Robinsonnade dans la péninsule du Musandam.

Oman  la mer bordée de montagnes escarpées © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Oman © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Oman kayak  la mer bordée de montagnes escarpées © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Oman © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Oman © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Du kayak à Oman ? Quelle idée bizarre. Et pourtant… Le sultanat d’Oman, connu pour sa capitale Mascate, ses canyons et son désert, possède une péninsule rocheuse et aride séparée du reste du pays par les Emirats Arabes Unis, le Musandam. Cette exclave pointe droit sur le détroit d’Ormuz et au-delà, vers l’Iran. L’idéal pour découvrir ce bout du monde inaccessible par la route : prendre la mer sur un kayak fin, à la seule force des bras, sans moteur et sans foule, et en bivouaquant le soir sous les étoiles.
Au départ certes, le doute peut en éreinter plus d’un. Comment faire tenir ses affaires personnelles, la nourriture et l’eau sur ces frêles embarcations ? Ensuite il faut maîtriser son esquif chargé à ras bord, surtout au sortir du port de Khasab sillonné par des boutres de pêcheurs et d’énormes paquebots de croisière. Sans oublier les vagues traîtresses. Une fois le premier cap franchi, la mer devient immobile comme un lac, bordée de montagnes escarpées qui plongent à la verticale dans l’eau qu’elles teintent d’ocre, de rose et de violet. Dans cet environnement minéral, jalonné d’îles et entrecoupé de fjords, on aperçoit quelques rares villages accessibles seulement par la mer, comme celui de Sibi, habité par sept familles.
TEE-SHIRTS SALÉS
Alors on goûte le privilège l’isolement complet, dans une totale liberté. On croise des dauphins, des raies-aigles, des poissons-bagnards au corps strié de rayures, et même de petits requins. L’eau est lisse comme la soie. Un jour, on s’arrête pour grimper sur la crête de la langue de terre qui relie la péninsule au continent et jouir d’une vue époustouflante, à cheval entre le golfe Persique et l’océan Indien. Depuis un autre promontoire, on découvre au loin les côtes et les îles de la péninsule, comme une carte en 3D. Jour après jour, les shorts et tee-shirts blanchissent de sel, on oublie le monde et on se régale de poissons pêchés à la traîne pendant la journée.
Ultime surprise : une sortie de nuit au milieu du plancton luminescent qui éclate en étincelles à chaque coup de pagaie. Magique !
Oman dauphin  la mer bordée de montagnes escarpées © Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Crédits photo : Béatrice d'Erceville, Claire Cornu-Emieux
Article paru dans le numéro #29 ÉCHAPPÉES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Oman à la rame à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.