Fermer
Sophie Colin
À savoir | 25 oct.
5 mn
« Rendez-vous artistique incontournable », trompettent les gazettes depuis des semaines. Passage obligé pour tous les assoiffés de reconnaissance, les mondanités de la FIAC sont le sponsor infaillible de l'aura narcissique sans laquelle l’existence ne vaut pas d’être vécue. Il faut être vu là où l’on est censé voir.
Après-midi VIP et presse de 14h à 17h. Vernissage de 17h à 22h. Gare aux susceptibilités quant à l’heure libellée sur le carton d’invitation. Êtes-vous après-midi artistique ou nocturne des galeries ? Etes-vous invité d’honneur, ou simple VIP ? En un mot : êtes-vous in ou off ? C’est là où le bât blesse. Faites-vous partie des « 5 000 personnes qui sont activement dans une phase d’achats » ? Si oui, you are definitely in et le marché vous adooore.
Ai Wei Wei  © Pluris
Ai Wei Wei
Tous les visiteurs déambulent du Salon d’Honneur au secteur Lafayette, ou plus prosaïquement de l’allée A au stand C24. Cette année, la Fiac est plus que jamais dédiée aux artistes de renom : Anish Kapoor, Takashi Murakami, Bill Viola, Robert Longo, Louise Bourgeois, Hans Op de Beeck, Gilbert&George, Ai Wei Wei, Alain Bublex…
Jean-Michel Othoniel  © Pluris
Jean-Michel Othoniel
La Galerie Perrotin est très sollicitée. Entre un collectionneur à l’accent étranger qui a une idée très précise de ce qu’il voulait. Il est suivi par un futur acquéreur qui s’enquiert du prix de la sculpture de Jean-Michel Othoniel. L’artiste et son travail ? Un détail, de toute façon il n’a pas le temps : il veut investir dans du connu, point.
On se rue chez Kamel Mennour. Ceux qui déambulent dans les allées avec une flûte de champagne à la main se contorsionnent pour éviter de répandre leurs bulles tout en affectant un air détaché, mais surtout très très frimeur car qui dit champagne à la main dit ami très très privilégié du galeriste. Vanités flattées.
Anish Kapoor © Pluris
Anish Kapoor
Moment d’émotion en approchant le stand d’Yvon Lambert, dont c’est la dernière Fiac. Il souhaite se consacrer à sa passion pour la bibliophilie. L’installation lumineuse de Mounir Fatmi qu’il a choisi d’exposer embrase l’espace.
Soudain, un groupe de people, invités par un partenaire officiel de l’événement, surgit. À eux, cocktail et visite guidée. Quand le monde du petit écran explore les mystères de l’art contemporain, ça twitte, ça facebook, ça instagrame. Les réseaux sociaux « likent » Bruno Gaccio ou Karin Viard, ils explosent à l’arrivée de Manuel Valls et de Fleur Pellerin. Et tout le monde y va de son commentaire sur le nain ambigu de Paul McCarthy : sextoy ou pas ? Lui en tout cas n’a pas été encore saccagé.
Moussa Sarr  © Pluris
Moussa Sarr
Dans le chapitre Art conceptuel et ses interprétations aléatoires, les Docks sont incontournables, et tout un chacun s’y est déjà transporté la veille pour y découvrir la très attendue (Off)icielle. Moussa Sarr, présenté par Martine et Thibault de la Châtre, y crée le buzz. Son travail plein d'humour sur les stéréotypes sociaux, culturels et religieux a déjà conquis François Pinault. Et selon les rumeurs qui vont bon train, Bernard Arnault serait lui aussi intéressé. Moussa Sarr bientôt exposé à la Fondation Louis Vuitton ? Twitter s'enflamme.
Retrouvez tous les coups de cœur Pluris sur notre flux Instagram.
Crédits photo : Pluris
Article paru dans le numéro #39 COFFRES-FORTS
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Tweets et vanités à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.