Fermer
Garance Fillain
Galerie | 28 nov.
4 mn

Le « must drink » d'Alexandre Dumas
Visite au Château La Nerthe, le plus ancien des Châteauneuf-du-Pape.

Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
Château La Nerthe Châteauneuf-du-pape vin visite domaine © Pluris
« La cave d’un amphitryon de nos jours doit être garnie, notamment de vins de Margaux, Haut Brion, Romanée-Conti, La Nerthe... ». Quand on sait que cette recommandation vient de l’écrivain Alexandre Dumas, fin gastronome et oenophile, on est forcément poussé par la curiosité à découvrir ce domaine, à la fois le plus ancien et le plus grand de Châteauneuf-du-Pape. 


Le rendez-vous est pris et nous voici sur les routes enlaçants les parcelles autour de Châteauneuf-du-Pape. Direction le sud-est de l’appellation, où un chemin étroit permet enfin d’accéder au domaine. Car plus qu’un château, La Nerthe est un véritable petit village, où des maisons abritant les installations techniques et de réception, côtoient fontaines, terrasses, jardins et bien sûr le château édifié en 1736. La vue est imprenable sur les 92 hectares de vigne, travaillés en culture « raisonnée » depuis 1990. 

La visite commence en prenant en main les galets ronds, typiques de l’appellation, qui recouvrent un terroir composé d’un substrat de sable et d’argile. Avec treize variétés de cépages, La Nerthe produit à la fois des blancs et des rouges. L'encépagement pour ces derniers est orienté vers ceux dont le potentiel de garde est le plus élevé (mourvedre, grenache, syrah), avec comme mot d'ordre « une bouteille par souche », soit un rendement extrêmement faible de 20 à 30 hl/hectare. Constituée d’une sélection des plus vieilles vignes du domaine, souvent centenaires, la Cuvée des Cadettes est vinifiée et élevée séparément, révélant une complexité d’arômes (cerise, cassis et épices) et un grand potentiel de garde. On retrouve sur les blancs la même précision et richesse aromatique qui donne avec les Roussanne et vieilles Clairette vinifiées et élevées en fûts, un magnifique « Clos De Beauvenir ».
Par un escalier du Château, on accède à la cave, dont la partie la plus ancienne date de 1560, directement creusée dans la roche calcaire, et qui abrite aujourd’hui des barriques ainsi que des cuves creusées à même le roc. Une autre partie a été construite en croisées d'ogives en même temps que le château. Entre les barriques et les foudres d’élevage, on déambule au milieu des bouteilles qui vieillissent sagement, en attendant de révéler avec le temps leur plus grand potentiel.
Crédits photo : Pluris
Article paru dans le numéro #44 VIVACES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Le « must drink » d'Alexandre Dumas à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.