Fermer
Pascal de Rauglaudre
Focus | 13 avril
6 mn

La culture gé, l’autre plafond de verre à briser
Superflue, la culture générale au bureau ? Au contraire, elle dope l’efficacité et la créativité, assure Coline Debayle, cofondatrice d’Artips.

Gérard, Coline et Jean, l'équipe fondatrice d'Artips, la startup qui promeut la culture générale et les soft skills en entreprise. © DR
Vous confondez Rothko et Monet, vous mélangez Chuck Berry et John Lennon, et vous croyez que la gravitation universelle a été découverte par Helmut Newton. Attention : ces lacunes peuvent vous coûter une promotion.
En entreprise, la culture générale est un plafond de verre négligé. « Le capital culturel est étroitement lié à l’origine sociale mais il peut être très discriminant, rappelle Coline Debayle, cofondatrice d’Artips, qui connaît son Pierre Bourdieu sur le bout des doigts. Si vos parents ne vous ont pas traîné dans les musées quand vous étiez petit, s’ils n’ont pas discuté de choses intéressantes avec vous, vous n’aurez pas tous les codes pour avancer dans votre vie professionnelle. »
Coline co-fondatrice d'Artips, la startup qui promeut la culture générale et les soft skills en entreprise. © DR

Coline co-fondatrice d'Artips, la startup qui promeut la culture générale et les soft skills en entreprise.

Séparer le bon grain de l’ivraie

Savoir distinguer les Campbell's Soup Cans d’Andy Warhol d’une machine de Jean Tinguely, est-ce vraiment utile au bureau ? L’impact est difficile à mesurer, pourtant l’intérêt est réel. « La culture crée du lien, elle permet de convaincre un interlocuteur et de rebondir dans les conversations, elle augmente la crédibilité et la confiance en soi, poursuit Coline. Une entreprise cultivée est aussi plus créative et plus innovante. Ses collaborateurs sont plus épanouis, ses commerciaux plus efficaces. » Plus important : à l’heure des fake news et de la post-vérité, les soft skills – l’autre nom de la culture gé – aident à séparer le bon grain de l’ivraie sur Internet.

Le problème, c’est que, faute de temps, la vie active offre très peu d’occasions de se cultiver. Coline et son associé Jean Perret y remédient avec Artips. Le principe est très simple : envoyer chaque semaine une anecdote artistique sur un ton léger et décalé, validée par une équipe de spécialistes, et à lire en une minute. La recette a séduit 500 000 fidèles abonnés en trois ans, et elle s’est étendue à d’autres domaines, la musique (Musiktips), la gastronomie (Cheftips) et la science (Sciencetips).
Les musées ont bien compris tout l’intérêt de la démarche d’Artips. Ils apprécient sa liberté de ton qu’ils ne peuvent pas se permettre. En sponsorisant des anecdotes sur leurs œuvres d’art, ils touchent une population qui n’a pas l’habitude des institutions culturelles et l’attirent dans leurs salles.

La culture générale sert aussi à la RSE

Dans le cadre de leurs politiques de RSE et de développement personnel, les entreprises aussi s’intéressent aux connaissances de leurs salariés. « Elles ont du mal à recruter les jeunes talents, tentés par l’entrepreneuriat. Pour les séduire et améliorer leurs performances, elles peuvent ajouter un programme de culture générale dans leur offre. » Artips leur propose des contenus personnalisés, et compte parmi ses clients BNP Paribas, Air Liquide, EDF, qui présente des œuvres d’art en rapport avec l’électricité, la SNCF, qui communique sur les expositions dans les gares.
Reste que lire épisodiquement des articles sur l’art ne suffit pas à évaluer la culture d’un individu. Pour structurer les connaissances acquises et les valoriser sur le marché de l’emploi, Artips a eu l’idée d’un nouveau produit, sorti au début de l’année : Mes Antisèches Artips. À l’intersection de l’éducation et de la culture, cette plateforme de rattrapage culturel offre des modules de culture générale en ligne validés par des certificats, avec des fiches de révisions et des questionnaires. « Avec cet outil, on tisse un lien fort et addictif à la culture, en favorisant la mémorisation grâce à un quiz, décrypte Coline. Il est tellement facile de retenir une belle histoire ou une bonne anecdote. »
Bientôt les certificats Artips dans la rubrique Formations des CV ? C’est le secret espoir de l’équipe d’Artips.

Testez vos connaissances avec Mes Antisèches Artips

Artips

Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #132 CULTURES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
La culture gé, l’autre plafond de verre à briser à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.