Fermer
Sophie Colin
Entretien | 11 février
8 mn
Sur la Terre comme au Ciel. Vacheron Constantin continue d’explorer les complications horlogères les plus savantes et raffinées. Cette année, la maison a dévoilé deux modèles exceptionnels au SIHH : une montre à grande sonnerie et une montre dotée de 23 complications astronomiques avec au dos la première carte céleste transparente de l’histoire de l’horlogerie. Christian Selmoni, son directeur artistique, nous amène un peu plus près des étoiles.
Christian Selmoni Vacheron Constantin © DR

Christian Selmoni Vacheron Constantin

Pluris - Quelles sont les pièces maîtresses que vous présentez à l'édition 2017 du SIHH ?

Christian Selmoni - Nous sommes sur le thème de l’excellence horlogère à travers deux sujets : les montres à sonnerie et l’astronomie. Nous présentons notre première montre bracelet à grande sonnerie : Les Cabinotiers Symphonia Grande Sonnerie 1860. Nous en faisions déjà en 1827 en version montre de poche.

Très peu de marques ont ce type de complications à leur catalogue. Nous voulions créer une pièce très épurée, très sobre, très discrète avec une grande visibilité. Elle indique les heure, minute, seconde à 8h00, réserve de marche de mouvement et réserve de marche de la sonnerie. Toute cette complexité mécanique est visible lorsqu’on retourne la montre. Le développement du mouvement a demandé une dizaine d’années.

Il a 727 composants. C’est une grande complication traditionnelle dans son expression stylistique, mais très moderne dans sa conception. Normalement, dans les grandes sonneries, la partie sonnerie, marteau, timbre et quadrature de sonnerie sont cachés sous le cadran. Ici, ils sont visibles à travers le fond de la pièce. Des systèmes de sécurité innovants empêchent que le mouvement ne soit endommagé.
Pour la partie astronomie, nous avons conçu une montre extraordinaire qui a 23 complications astronomiques et une multitude d’innovations fantastiques : Les Cabinotiers Celestia Astronomical. Elle représente le lien très étroit entre l’horlogerie et l’astronomie et la recherche de la précision rigoureuse des instruments de mesure. Ses trois rouages indiquent trois temps différents : le temps civil, le temps solaire et le temps sidéral.

Elle est équipée d’une équation marchante liée au rouage tropique (qui permet de visualiser sur le cadran le temps solaire moyen et le temps solaire vrai) pour laquelle nous avons un brevet. Sa précision, sauf erreur de ma part, est de 4 000 ans. Elle a un quantième perpétuel, indication des signes du zodiaque, des saisons, des équinoxes, du lever et du coucher du soleil, de la durée de la lumière diurne, maréoscope en 3D…

Et première mondiale : une carte céleste est représentée sur le dos de la montre tout en transparence pour permettre de voir le mouvement et de lire les autres informations : toutes les constellations, l’écliptique, la réserve de marche de trois semaines… Le challenge a été de rendre lisible et compréhensible les 23 complications, sur deux faces, dans un diamètre de 45 mm ! Le résultat est exceptionnel !

Comment avez-vous abordé l’exigence de l’équilibre, si cher à Vacheron Constantin (équilibre des formes, équilibres de la matière afin que vos créations soient toujours sobres et légères, équilibre dans la tension des lignes, dans la répartition de la lumière) ?

C'est une très bonne question. L’esthétique de cette montre s’inscrit effectivement sur cette recherche de grande sobriété et en même temps sur cette Vacheron Constantin touch, caractérisée par cette sensation d’équilibre, d’harmonie, d’élégance et d’intemporalité, malgré la complexité de la pièce et la présence de 500 composants. Oui, cela est très important pour nous. Et le verso de la montre est aérien, léger. La designer qui a travaillé là-dessus a une sensibilité particulière pour les montres techniques à complications. C’est un travail de rigueur exceptionnel.

Ces modèles vous ont-ils bousculé dans vos convictions ? Ont-ils fait tomber vos éventuels préjugés sur des matières, un angle, une technologie… ?

Dans le design horloger au sens large, il est indispensable d’être bousculé en permanence. Ce qui m’intéresse aussi dans cette montre c’est réussir la combinaison entre tradition et modernité. La tradition, c’est le savoir-faire de ces complications astronomiques. La modernité, c’est l’usage de technologies, de matériaux et de techniques vraiment contemporains : les saphirs transparents, la miniaturisation… Et l’on doit toujours être bousculé par rapport à cela.
Les montres Copernic que nous présentons également au SIHH illustrent bien cette tension entre tradition et modernité, ce mélange de métiers d’art traditionnels et de technologies. La base du cadran est recouverte de peinture à l’huile, les constellations sont sur une glace saphir avec gravure en 3D au laser reprise main, la terre est gravée main… Nous sommes typiquement dans ce questionnement permanent que vous évoquez : il faut incorporer de la technologie, de la modernité mais dans quel but va t-on l’utiliser ? Le but est-il de simplifier ? Ou d’apporter une différenciation au niveau esthétique, une nouvelle façon de s’exprimer ? C’est très intéressant.

Dans ce processus créatif, connaissez-vous des moments de doute ?

C’est le risque qui crée le doute. Des pièces comme Celestia ou Copernic ont l’air extrêmement abouties d’un point de vue conceptuel et esthétique, mais il y a toujours une part d’empirisme. Et il y a surtout le risque de ne pas obtenir un résultat qui rende justice à la complexité du mouvement. Comment transcrire toute la complexité ou toute l’inventivité des personnes qui ont travaillé là-dessus : c’est cet aspect-là qui compte vraiment.
Crédits photo : DR
Partager :
Bonnes adresses
2 rue de la Paix
75002 Paris - France
Article paru dans le numéro #131 VOCAL
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Quand l'horlogerie resserre ses liens avec l'astronomie à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.