Fermer
Vincent Ricordeau
Focus | 10 avril
KissKissBankBank, c'est la dualité et la complémentarité déclinées à toutes les sauces. Au départ, notre idée était de trouver un moyen de financer les musiciens que nous aimions mais qui ne passaient jamais à la radio. Mais très vite, Adrien Aumont, Ombline Le Lasseur et moi-même, chacun avec sa personnalité, ont influencé le concept original pour en faire une création hybride et presque contradictoire. Nous voulions être à la fois amusants, légers et en même temps parler d'argent, faire bouger les lignes et adopter une démarche militante.
Au début, cela ne posait pas vraiment de problèmes, nous développions notre image de marque tranquillement et nous nous implantions aussi solidement que possible dans le paysage français du crowdfunding. Les banques ne prenaient pas vraiment ça au sérieux et on nous voyait comme une curiosité, une tendance du moment ou un épiphénomène.
Mais la dynamique s'est poursuivie et le marché du crowdfunding a explosé. Au fil des mois, nous avons cessé d'être une startup finançant des projets artistiques pour devenir un engrenage important d'une évolution globale du marché. En proposant une manière alternative de concevoir le financement de projets, nous sommes devenus ce que nous avions toujours voulu être : des militants pour une économie de marché différente.
C'est là que l'aspect bicéphale, voire schizophrène, de KissKissBankBank est apparu au grand jour. D'un côté nous avions nos campagnes de communication colorées, drôles où nous proposions des slogans comme « Que la KissKissForce soit avec toi ! » et dans un même temps, nous parlions avec des banquiers, des analystes financiers, des hommes politiques sur les façons de transformer l'économie.

Comment conjuguer ces deux casquettes ?

La solution que nous avons trouvée a été de considérer que ces deux aspects d'apparence contradictoire appartenaient à l'ADN de l'entreprise et qu'il ne fallait sacrifier ni l'un ni l'autre. Au fur et à mesure que KissKissBankBank acquérait de la notoriété, les gens ont fini par s'habituer à nous voir jouer sur les deux tableaux.
Vincent Ricordeau
Pdg et cofondateur KissKissBankBank
Vincent Ricordeau crée des entreprises dès l'âge de 18 ans. Il dirige aussi deux autres sites spécialisés dans le crowdfunding : Hello Merci et Lendopolis. Contrairement à l’avis de beaucoup de gens, il pense qu’il est mieux de s’associer avec sa famille. Membre de Croissance Plus
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #106 SCALE UP
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
« Il ne faut pas avoir peur de la contradiction » à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.