Fermer
Thibault Manchon
Focus | 4 avril
5 mn

La cavalerie légère des musées
Avec Cultival, nous voulons dévoiler l'envers du décor des institutions culturelles au public. – Par Thibault Manchon, fondateur de Cultival

Fonder son entreprise, c'est concrétiser un compromis entre ses rêves et la réalité. Pendant des années, j'ai travaillé avec un fabricant d'éclairages et j'ai occupé mon temps libre à réaliser chez moi des maquettes de salles de spectacle avec des mini-projecteurs, des machines à fumée, des décors, des spots... Tandis que je m'investissais dans cette passion, je sentais grandir dans un coin de ma tête l'envie de monter quelque chose autour de ça. J'ai imaginé des kits de maquettes de salles de concerts, une sorte de meccano pour les enfants autour de l'éclairage. Mais peu importe la façon dont je retournais le problème, je ne voyais pas comment transformer l'idée en quelque chose de viable. Sans investissement de départ et à une époque où l'immédiateté prime sur la patience, commercialiser des jeux de construction me semblait relever du suicide industriel.
Happé par la fièvre de l'entrepreneuriat, j'ai abandonné l'idée du jeu de construction mais gardé l'idée de bâtir quelque chose autour de l'envers du décor, des coulisses... C'est en déroulant ce fil que Cultival a fini par voir le jour. Notre principe était tout bête : organiser des visites guidées pour faire découvrir de l'intérieur des lieux culturels. Nous avons commencé en 2000 par le Théâtre des Variétés, puis l'Opéra-Comique. Puis au fil des rencontres et des opportunités, nous avons pu travailler avec l'Opéra de Paris et nous sommes arrivés à plus de 30 000 visiteurs par an dès 2004.
Je suis persuadé que le succès du développement de notre réseau tient beaucoup à notre façon de nous comporter avec nos partenaires et nos salariés. Le côté « humain » fait partie de l'ADN de Cultival et se ressent aussi dans notre fonctionnement interne. À chaque fois que je recrute quelqu'un, j'essaie de prendre quelqu'un de trop qualifié pour le poste que je cherche à pourvoir. Cela permet d'être sûr que la personne sera capable et heureuse de s'investir dans quelque chose de plus ambitieux une fois que le projet aura grandi. Rien de miraculeux ou d'incroyable, juste le souci de rester authentique et droit. Nous n'utilisons pas vraiment le vocabulaire de la com et nous essayons de rester des gens qui s'intéressent plus aux idées et à la constance qu'au business.
Thibault Manchon, Cultival © DR
Cet état d'esprit est essentiel pour bâtir des collaborations à long terme et créer de la confiance mais peut aussi parfois nous faire perdre de l'argent ou des opportunités. Comme je n'ai pas envie de « trahir » ou de « flouer » qui que ce soit, j'ai décidé d’assumer mon risque de croissance avec mes biens propres et de ne faire appel à des investisseurs que récemment, pour la phase de « scale up ».
Aujourd'hui, Cultival accompagne près de 500 000 visiteurs par an. Nous avons des partenariats avec la Tour Eiffel, la Fondation Yves Saint-Laurent, le Musée de l'Armée, la Garde Républicaine... Nous jouons le rôle de « cavalerie légère » des musées en partant chercher de nouveaux clients grâce à nos réseaux professionnels et numériques. Nous avons un lien fort avec cette clientèle nouvelle qui a une curiosité un peu différente des touristes « traditionnels ». Nous tâchons pour chaque lieu de développer des visites qui répondent à ces attentes et qui mettent le lieu en valeur.
Notre petite histoire s'écrit depuis plus de quinze ans désormais et nous travaillons sur des solutions au national et à l’étranger, où une filiale est en cours de création.
Thibault Manchon
Fondateur et directeur général Cultival
Entrepreneur convaincu, fondateur de Cultival Membre de Croissance Plus
Thibault Manchon, Cultival © DR
Crédits photo : Lunettes Rouges - Le Monde, DR
Partager :
Bonnes adresses
42 Rue des Jeuneurs
75002 Paris - France

+33 825 05 44 05
Article paru dans le numéro #107 VINYLE
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
La cavalerie légère des musées à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.