Fermer
Alexis Morloup
Focus | 22 juin
5 mn

Les chatbots bluffent
Apprenez à des chatbots à négocier, ils finiront par mentir. Des chercheurs en intelligence artificielle de Facebook ont tenté l'expérience. Incroyable.

Apprenez à des chatbots à négocier, ils finiront par mentir. Des chercheurs en intelligence artificielle de Facebook ont tenté l'expérience. © DR
C’est un nouveau cap que Facebook vient de franchir dans sa quête pour rendre les chatbots encore plus proche de notre façon de communiquer.

Ses chercheurs en intelligence artificielle (autrement dit les FAIR, pour Facebook's Artificial Intelligence Researchers) ont voulu apprendre l'art de la négociation à des chatbots. Dans une étude publiée récemment, l’un de ces chercheurs explique comment ce « progrès » a conduit les bots à se comporter de façon encore plus « humaine » que ce qu’il imaginait.

Comment les chatbots en sont-ils arrivés là ? Les chercheurs ont commencé à les entraîner en utilisant des exemples de négociations humaines qui suivaient le même scénario : deux personnes devaient se répartir une série d'objets de valeurs différentes. Avec ces données les scientifiques ont appris aux bots à négocier, comme c’est expliqué dans l’image GIF ci-dessous, où les réponses du bot figurent en bleu.

Au départ, les scientifiques voulaient faire en sorte que les chatbots se comportent vraiment comme des êtres humains et montrent qu’ils pouvaient appréhender et anticiper n'importe quelle situation. Le résultat a dépassé toutes leurs attentes puisqu’en confrontant ces chatbots à de vrais humains, ceux-ci se sont avérés incapables de dire s’ils interagissaient avec un chatbot ou non.

Négocier en mentant

D’après Mike Lewis, un chercheur membre du goupe FAIR, « les meilleurs chatbots avaient des capacités comparables à celles des humains » et « une partie de leur avantage réside dans leur patience infinie et leur détermination. »

Les chatbots se sont également vus transmettre ce que les chercheurs appellent des « manœuvres intelligentes ». « Dans certaines situations, ils ont feint un intérêt pour un objet sans valeur, pour finir par faire des 'compromis' en acceptant de le céder, expliquent les chercheurs Facebook sur leur blog.. C'est une technique de négociation que les bons négociateurs utilisent souvent. » En d'autres termes : les chatbots ont appris à mentir pour obtenir des résultats qui leur étaient plus avantageux.

D’après Mike Lewis, les chercheurs n’avaient pas prévu de transmettre aux chatbots ce mode de négociation, mais que ceux-ci l’ont appris tout seuls en dialoguant avec des humains.

Vers des assistants personnels plus performants

Les chercheurs FAIR ont partagé le code obtenu en open source pour que les développeurs de chatbots puissent se servir de ces nouvelles compétences. Ils espèrent que cette avancée contribuera à améliorer les capacités des assistants numériques pour qu'ils soient encore plus efficaces pour accomplir les tâches que nous leur assignons.

« On peut imaginer un monde où tout cela s'accélère et facilite les interactions, par exemple des scénarios sophistiqués de service après-vente, écrit Mike Lewis. Un monde où les chatbots peuvent engager des conversations de plus en plus fluides et des négociations avec d'autres chatbots ou avec des humains. »
Crédits photo : DR
Partager :
Article paru dans le numéro #133 CASUAL
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Les chatbots bluffent à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.