Fermer
Tatiana James
Focus | 10 avril
8 mn

Elle, Madame, les autres et moi
Vous ne lirez plus jamais vos magazines de mode comme avant. Pour le plus grand bonheur des marques. – Par Tatiana Jama, fondatrice de Selectionnist.

Tatiana Jama et Lara Rouyres, fondatrices de Selectionnist © DR
Combien de fois avez-vous flashé sur une robe dans un magazine sans pouvoir la retrouver ? Hier vous déchiriez des pages de votre Elle qui finissaient en boule au fond de votre sac, aujourd’hui vous prenez des photos « aide-mémoire » qui viennent se perdre entre vos clichés de vacances et ceux de vos enfants. Nous avons voulu rendre ces photos intelligentes : avec l’appli Selectionnist, photographiez vos coups de coeur, accédez à toutes les informations dont vous avez besoin et procurez-les-vous en un clic.
La technologie qui permet ce nouveau réflexe? La reconnaissance visuelle. Et croyez moi, Lara, mon associée, et moi, n’avions rien de geek. Pour la développer, nous avons tapé à la porte d’un champion de la technologie made in France : l’INRIA. Si les QR codes – vous savez, ces codes barres que l’on propose de flasher – ont connu un succès limité, car trop invasifs et anxiogènes, la reconnaissance visuelle affiche de belles promesses. Ne serait-ce que parce qu’elle est invisible et ne vient pas gâcher l’esthétique de nos magazines préférés.
Notre technologie de reconnaissance d’image a été un premier argument pour convaincre les titres de presse de nous rejoindre. Le deuxième argument ? Nous leur fournissons des données. Nous sommes ainsi capables de leur dire quelles parties du magazine suscitent le plus grand intérêt, si les 25-35 ans ont flashé davantage de Guerlain ou de Lancôme, comment se sont engagées les lectrices à Lille, à Bordeaux ou à Paris, etc. Grâce à ces données, les magazines valorisent au mieux leurs espaces publicitaires.
Et ceux qui les paient comprennent enfin pourquoi. En effet, jusqu’à présent, les marques n’avaient que peu d’information sur l’impact réel de leurs campagnes papier. Grâce au big data, nous retraçons l’ensemble de leurs parutions et qualifions qui a flashé leurs articles, où et dans quels magazines. Nous injectons de la data dans un media traditionnel qui n’en a pas. Pour utiliser notre technologie propriétaire, et bientôt SPOTTED (la plateforme SaaS - Software as a Service) que nous développons, les marques paient un forfait allant de 600 à 4000€ par mois.
Par ailleurs, nous offrons aux maisons la possibilité de réorienter / re trageter les personnes qui flashent leurs articles vers leur site et leur plateforme e-commerce. Ou encore de mettre en avant leurs contenus – promotion, vidéo tutorielle ou échantillon – sur le site selectionnist.com ou nos newsletters ciblées.
L’avenir du marketing est omnicanal et le support papier a de belles années devant lui.
Voilà notre modèle économique. La conviction sous-jacente ? L’avenir du marketing est omnicanal et le support papier a de belles années devant lui. D’une part, il reste entre les mains de millions de lecteurs et constitue un moment privilégié, de détente où l’attention est supérieure à celle sur le web. D’autre part, les magazines que nous proposons de flasher, c’est-à-dire les titres « patrimoines » ayant su créer une ligne éditoriale distinctive comme Elle et Madame Figaro, restent fortement prescripteurs de tendances. Dans l’univers de la mode et de la beauté, les deux points de contact les plus efficaces sont le point de vente, puis le magazine. Comme les points de vente se font “désintermédier” cela permet aux marques d’entrer directement en relation avec les consommatrices.
L’alliance entre le mobile et le magazine féminin va petit à petit aboutir à une nouvelle proposition de valeur, le temps que les usages s’installent. Les données récoltées par Selectionnist pourront par exemple permettre aux annonceurs d’évaluer un impact et permettront également aux annonceurs de se constituer des bases de données sur leurs consommateurs. L’idée est de déclencher des systèmes de “désintermédiation”. Si cela pose la question de la propriété des bases de données, Selectionnist peut quoi qu’il en soit prendre le rôle de « médiateur de désintermédiation».
Nous ne croyons donc pas à une stratégie uniquement digitale. Surtout quand elle est axée sur une logique de last click, un modèle qui ne comptabilise que l’achat final et ignore les différents leviers marketing qui y conduisent. L’idée de Selectionnist est précisément de revitaliser le support papier en proposant un dialogue multicanal: le client repère sur le papier, flash via l’application mobile, est converti sur le site web de la marque (ou non); est relancé par mail via Selectionnist; se rend alors en boutique, etc.
La révolution Selectionnist est de faire parler l’image, de faire en sorte que les marques transforment le papier glacé et les belles mises en pages magazines en interactions. Et les perspectives offertes par la reconnaissance visuelle sont immenses : flasher une affiche publicitaire, le packaging d’un mascara ou un haut directement en boutique sera bientôt possible. De quoi créer de nouveaux liens entre les marques et leurs clients !
Selectionnist : comment ça marche en un croquis ! © Gunter Von Kloster Kampen
Selectionnist en quelques chiffres:
 Lancement de l'application : novembre 2015
 Levée de fonds en 2015: 2M€ auprès d’Elaia Partners et de Congliano, un fonds basé à New York
 250 000 app téléchargées : 1er de l’Apple son lancement
 1 flash toutes les 3 minutes et plus d'1 million produits flashés
 + de 30 éditeurs partenaires dont Elle, Madame Figaro, Psychologie, Cosmopolitan, Ad Magazine, La Parisienne
 Profil d’utilisateurs : 87% de femmes, 20-40 ans en moyenne, 70% parisienne, CSP +.
Tatiana James
Co fondatrice Selectionnist
Crédits photo : Gunter Von Kloster Kampen, DR
Partager :
Article paru dans le numéro #106 SCALE UP
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Elle, Madame, les autres et moi à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.