Fermer
Pascal de Rauglaudre
Focus | 14 oct.
7 mn

Quand écriture rime avec haute couture
Une image vaut-elle mille mots ? Pas pour Trafalgar Maison de portraits : cette jeune entreprise réinvente avec succès le portrait écrit haut de gamme.

Une image vaut-elle mille mots ? Pas pour Trafalgar Maison de portraits, qui réinvente avec succès le portrait écrit haut de gamme. Quand écriture rime avec haute couture. © Romain Chambodut
Pour immortaliser leur portrait, les personnalités du 20e siècle avaient coutume de se rendre au studio Harcourt, célèbre pour ses halos et ses effets de clair-obscur sur les visages. Cette tradition, Marion Derouvroy et Bérengère Wollf, fondatrices de Trafalgar Maison de portraits, veulent la perpétuer, mais sous une autre forme : l’écrit. Leur concept : rédiger des portraits cousus main de dirigeants d’entreprise, de collaborateurs, de marques…

En plus de leur signature, elles ont donc élaboré leur propre démarche. D’abord leur équipe rassemble toutes les informations qui concernent leur client, comme ses prises de parole. « Il s’agit d’identifier les failles, les mimiques et les traits de caractères, car le portrait doit trouver sa juste place au milieu de ce qui a déjà été dit et fait. »

Puis elles invitent leur client à un unique « entretien extraction » : c’est un face-à-face avec un portraitiste pendant quatre heures dans le salon de leur Maison. Car Marion et Bérengère n’ont pas pour ambition de vendre une simple plume, aussi recherchée soit-elle : « Nous aimons dire que nous sommes la différence entre le coiffeur et le visagiste. Le client vient vivre une expérience, où il se livrera à fond, insistent-elles. Il arrive même que certains fondent en larmes ! »

De l’empathie avant toute chose

Pour éviter les pièges de l’hagiographie, Trafalgar définit à l’avance les éléments nécessaires à un bon portrait, l’idée étant qu’il soit à la fois singulier et introspectif. « Nos portraitistes savent faire preuve d’empathie pour fouiller le caractère des clients. Ils connaissent suffisamment d’anecdotes pour ne pas poser les mêmes questions et apporter du sang neuf. Parfois une pianiste accompagne l’entretien, afin de créer un moment suspendu et d’approfondir l’expérience Trafalgar. »

La phase de rédaction dure un mois, et là, il n’y a pas de recette miracle : place au sur mesure. L’équipe mobilise ses compétences littéraires, avec une prédilection pour les métaphores, les jeux de mots sophistiqués, les assonances et les allitérations. « Nos portraits sont sonores, ils possèdent leur propre musicalité. Aucun ne sort sans avoir été lu à voix haute par le comité qui réunit tous les portraitistes de la maison, et les talents de l’équipe, qui sont internalisés, ne se gênent pas pour questionner une virgule s’il le faut ! Cette façon de faire marche plutôt bien, car les demandes de retouches sont extrêmement rares. »

Enfin le portrait est envoyé au client dans un luxueux porte-document en cuir, « un bel objet, palpable, qui donne une dimension concrète à l’expérience », réalisé par l’entreprise lyonnaise de maroquinerie Le Feuillet. Trafalgar cède l’intégralité des droits d’auteur, ce qui permet au client de décliner son portrait sur l’ensemble de ses supports.
Une image vaut-elle mille mots ? Pas pour Trafalgar Maison de portraits, qui réinvente avec succès le portrait écrit haut de gamme. Quand écriture rime avec haute couture. © Romain Chambodut

Le bel écrit reste

Les retours sont à la hauteur de l’effort fourni. Les clients apprécient la capacité développée par Trafalgar à restituer leur personnalité « avec finesse, élégance et justesse » : les portraits sont « hauts en couleur et taillés avec une précision d’orfèvre ». « C’est un exercice déroutant de se lire », s’étonne l’un d’eux.

Il arrive que le portrait produise des résultats inattendus. Deux associés de longue date en avaient commandé un pour leur groupe. L’équipe de Trafalgar les a reçus pour un entretien croisé et a livré leur portrait, comme convenu. Ce n’est que bien plus tard qu’elle a appris la séparation des deux associés : l’expérience Trafalgar avait révélé l’essoufflement de leur association. Ce qui n’a pas empêché l’un d’eux de repasser commande de son portrait un peu plus tard.

Une autre fois, un client gestionnaire de patrimoine a invité Marion et Bérengère à déjeuner. « Il nous a confié qu’il avait triplé son chiffre d’affaires grâce à son portrait Trafalgar ! Il a eu cette bonne intelligence de le remettre en mains propres à ses prospects, qui ont été impressionnés par ce qu’il contenait de différent. »

À l’heure où l’image et la vidéo triomphent, pourquoi vouloir laisser une trace écrite ? « Le bel écrit résiste ! Il fait passer un message de manière plus réfléchie. Il peint plus efficacement la personnalité du dirigeant, et il analyse mieux les valeurs de l’entreprise. »

Le concept fonctionne si bien qu’il séduit les groupes, les maisons de luxe, mais aussi les particuliers, de plus en plus nombreux à en commander pour leurs proches. À une époque où les idées raccourcies à une poignée de caractères dominent, et où les articles produits à la chaîne voilent notre perception du monde, les portraits Trafalgar ouvrent de nouveaux horizons au plaisir d’écrire.

Vous souhaitez vivre une expérience de la Maison Trafalgar ?

Rendez-vous sur le site de Maison Trafalgar.
La Maison Trafalgar était présente au Salon du Luxe, qui s'est tenu à Paris en juin 2018.
Crédits photo : Romain Chambodut
Partager :
Article paru dans le numéro #140 FUNAMBULES
Recevoir le magazine Inscrivez-vous pour recevoir chaque semaine l'essentiel de la culture, du business et de l'art de vivre.
Fermer
Quand écriture rime avec haute couture à un ami.
(*) Obligatoire
Fermer
Modifiez votre mot de passe
Fermer
Veuillez saisir votre identifiant
Fermer
Fermer
Bienvenue sur Pluris
Inscrivez-vous pour rejoindre
la communauté Pluris et recevoir chaque semaine le magazine.
Créer un compte avec un email
Bienvenue sur Pluris
, complétez le formulaire pour terminer votre inscription.